• Aucun programme en cours de diffusion actuellement :(

» Tout le programme
Bienvenue sur Fureur.

Le jeu

Demacia

Sur la côte ouest de Valoran, la cité-état de Demacia incarne un parangon de vertus au milieu des autres foyers d'habitation humaine. Les citoyens de Demacia n'ont d'autre but que de répandre le désintéressement et la justice pour l'élévation des autres habitants de Valoran. Ils considèrent la perfidie et l'égoïsme comme des maladies dont l'esprit des hommes doit être purgé. Ceux qui se rendent à Demacia et choisissent de s'installer dans les frontières de la cité se doivent de partager les idéaux et les vertus des autres citoyens. Ceux qui cherchent à s'enrichir aux dépends des autres sont rapidement ostracisés... ou pire encore.

La vie à Demacia, cependant, n'est pas celle des calmes utopies. Comme les habitants de Demacia se veulent l'avant-garde morale de Valoran, ils adoptent des mesures apparemment draconiennes pour s'assurer que leur code moral reste le seul en vigueur dans les limites de l'État. Le crime, sous toutes ses formes, est sévèrement puni et nul ne peut mal se conduire dans Demacia. Certains détracteurs de Demacia (qui critiquent la ville à bonne distance) affirment que c'est là une preuve de leur hypocrisie. Les habitants de Demacia contrent l'argument en affirmant que leur système pénal ne rend que des verdicts humains et nuancés. Nul n'est puni sans qu'un juste examen des circonstances de son délit ne soit entrepris. Les autres peuvent bien continuer à critiquer la dureté de la loi de Demacia, mais les habitants défendent leurs convictions.

Demacia

Demacia est le seul gouvernement de Valoran qui dépende d'une monarchie constitutionnelle, dans laquelle le roi de Demacia dirige l'exécutif tandis que le corps législatif est constitué d'un conseil élu. Le roi est un dirigeant fort, mais il est partiellement limité dans ses pouvoirs par le conseil. Le roi actuel de Demacia, Jarvan III (aussi connu sous le nom de Jarvan Lightshield troisième du nom), travaille en bonne intelligence avec le conseil pour assurer la préservation de la pureté de l'État. Depuis le règne de Jarvan I, aucun coup d'État ni aucune rébellion n'ont été à déplorer à Demacia. Le roi n'est pas seulement le chef politique de l'État mais aussi le commandant suprême des armées.

L'armée de Demacia est l'une des plus puissantes de Valoran, et, il y a peu encore, elle était la seule à pouvoir repousser le bellicisme sanguinaire de Nox. Nox est l'ennemi juré de Demacia depuis que les deux États ont été fondés, il y a des centaines d'années. Leur conflit est essentiellement une bataille éthique, et vu l'opposition morale et philosophique entre Demacia et Nox, il est facile de comprendre pourquoi Demacia considère son effort militaire comme essentiel à sa survie. Chaque citoyen de Demacia doit faire un service militaire d'une durée d'au moins trois ans. Même après leur temps de service, la plupart des citoyens restent actifs dans le corps de réserve.

Demacia fut parmi les premiers à soutenir la League of Legends, dans le but d'assurer la stabilité du monde et de contrer la menace que Nox fait peser sur Valoran. Demacia a envoyé ses meilleurs élèves à l'Institut de la guerre, et certains d'entre eux sont devenus des invocateurs réputés. Demacia tient son rang dans les Champs de justice, et cela a permis de financer une partie des lourdes dépenses militaires que s'impose la cité. Aujourd'hui, l'armée de Demacia est plus forte que jamais, même si elle se porte aujourd'hui moins sur l'attaque et la reprise des terres conquises par Nox, que sur la défensive, de façon à transformer son territoire en un imprenable bastion.

Demacia est un phare d'espoir pour l'humanité, et la cité est la représentation visuelle de cette espérance. La ville revêt un aspect clair et fin. De grandes tours s'élancent jusqu'au ciel. La pierre et le marbre sont les matériaux de constructions privilégiés de Demacia. Des bannières majestueuses claquent au vent sur les parapets de la ville. Les murailles de la cité respirent la puissance et la noblesse. Les murs de la ville s'adossent à un port naturel, la majorité de la ville restant sur un plateau.

 

Nox

Située dans la région extrême-orientale de Valoran, la cité-état de Nox est, à plus d’un titre, l’antithèse de Demacia. Dans cette région, les forts et les puissants cherchent à obtenir le pouvoir par tous les moyens et quelles que soient les conséquences pour les autres. Les citoyens de Nox acceptent généralement bien cette idée et ils considèrent la bienveillance et la compassion comme des signes de faiblesse. La force appelle la force, voilà le fond commun de la philosophie des gens de Nox. Mais tant de cruauté et d’égoïsme exacerbé ne riment pas pour autant avec désordre et indiscipline. Comme dans toute cité organisée, il est naturel et nécessaire pour les êtres humains que certaines règles soient établies et respectées pour qu’il soit possible aux Noxiens de vivre ensemble sans s’étriper... du moins, sans s’étriper mutuellement. À Nox, toutefois, ceux qui ont le pouvoir sont nettement mieux protégés par la loi que ceux qui ne l’ont pas.

Le gouvernement de Nox est entre les mains du Haut commandement de Nox, qui est également à la tête des forces armées de la cité. Les militaires contrôlent à vrai dire tous les aspects de la vie politique à Nox et il n’y a aucune séparation entre l’armée et le pouvoir politique. Le général Boram Darkwill, au visage éternellement jeune, est à la tête de Nox et du Haut commandement de Nox depuis d’innombrables années. Le général Darkwill a vécu bien plus longtemps que ne peut l’espérer un être humain normal, et l’on rapporte que de sombres magies nécromanciennes le gardent en vie. Tirer une telle conclusion ne semble pas dépourvue de sens, d’autant qu’il règne sur le Haut commandement de Nox depuis bien avant l’avènement du roi Jarvan I de Demacia. Sa soif inextinguible de pouvoir et de conquête ont fait de Nox une menace prégnante pour toutes les cités voisines.

Nox

Alors que les autres cités humaines ont tendance à intégrer facilement les races non-humaines, les Noxiens font montre d’une profonde xénophobie. Les non-humains sont, au mieux, misérablement cantonnés dans les faubourgs. Il y a bien entendu des exceptions à cette règle, mais il faut pour cela que les non-humains concernés aient fait leurs preuves, en se montrant particulièrement utiles ou terrifiants (voire les deux). Les humains de passage ou qui veulent devenir citoyens de Nox ne sont guère mieux lotis et ils devront eux aussi démontrer leurs talents ou inspirer la terreur pour qu’on leur accorde un tant soit peu de considération.

Le service militaire est bien entendu obligatoire à Nox, pour une durée de six ans, et tous les citoyens sont ensuite versés dans la réserve jusqu’à parvenir à un âge avancé. Le Haut commandement de Nox peut également rappeler sous les drapeaux tout citoyen, quel que soit son âge, en cas de nécessité. Les militaires d’active bénéficient à Nox d’un prestige considérable et il n’est pas rare que les citoyens restent dans l’armée pendant plus de dix ans. Il faut dire que l’armée de Nox ne reste guère au repos, et ce malgré la paix précaire qui existe entre Nox et sa rivale de toujours, Demacia.

Le Haut commandement de Nox a fait le choix de ne pas s’opposer à la formation de la League of Legends, et se montre même un avide supporter de ses activités. Il était évident à l’époque que Nox ne pourrait pas s’opposer à la création de la ligue, car la très grande majorité des peuples de Valoran soutenait l'idée de mettre fin aux conflits d’envergures et Nox n’eut d’autre choix que de suivre le mouvement pour ne pas s’isoler totalement. En soutenant la formation de la ligue, Nox visait deux objectifs. Tout d’abord, cela provoquerait un état de paix forcée entre Nox et Demacia. Ainsi, Nox pourrait tourner ses efforts de conquête vers d’autres horizons ; même si la liste des conquêtes de Nox depuis la formation de la ligue est tout sauf impressionnante. En deuxième lieu, Nox pourrait concentrer ses considérables talents magiques lors des affrontements de la ligue, et y glaner des victoires d’importance contre Demacia. Et ainsi, la guerre éternelle avec Demacia est toujours... éternelle. Mais le conflit entre Nox et Demacia s’est principalement déplacé vers les Champs de justice, où il coûte bien moins cher en hommes et en matériels. Si son ennemi mortel a ainsi pu souffler un peu, Nox a largement profité de ce répit, n’ayant plus au-dessus de la tête l’épée de Damoclès que représentait l’armée de Demacia.

Nox ressemble à ses habitants : elle est sinistre et sombre. Les fondations de la cité sont enracinées dans une montagne de granit et une bonne partie de la cité a été creusée sous la terre. Les bâtiments sont construits sur et dans la montagne elle-même. Une gigantesque douve a été creusée et remplie d’un bouillon de sorcière, fait de liquides aussi nauséabonds que dangereux, qui encercle la cité ; cette douve interdit tout accès à Nox, si ce n’est à quelques points stratégiques fort bien gardés. Au sommet de la montagne de granit se trouve le quartier général du Haut commandement de Nox ; vu de loin, le bâtiment rappelle la forme d’un crâne humain. Au-delà des gigantesques murailles de la cité vivent les Noxiens trop pauvres (ou trop chanceux, selon le point de vue) pour vivre dans l’enceinte elle-même.

Le niveau souterrain de Nox est à peu près aussi important que le niveau à la surface et comprend de nombreuses échoppes, tavernes et résidences, pour former le poumon économique de la terrifiante cité-état. Nox peut se targuer de compter le plus grand réseau de donjons de tout Runeterra, et de nombreux nobles de Nox revendiquent la propriété de tel ou tel labyrinthe ou de telle ou telle salle souterraine.

 

La League of Legends

Jusqu'à il y a deux décennies, Runeterra courait droit au désastre. Les citoyens de Runeterra s'assemblaient aisément en tribus, et tout aussi facilement se déclaraient la guerre. Quelle que soit l'époque, le choix de la guerre semblait ne jamais faire de doute. Les armées étaient améliorées et décimées par les sorts et les runes d'identique façon. Les champions tiraient un profit maximum des objets magiques forgés pour eux tandis qu'ils menaient les armées au combat. Les invocateurs, le plus souvent les chefs de facto des factions politiques de Valoran, se servaient de puissants pouvoirs magiques contre leurs adversaires et leurs possessions, sans se soucier le moins du monde des conséquences. Avec une telle abondance de magie brute entre leurs mains, les invocateurs n’avaient certes pas besoin de chercher des moyens plus écologiques de se faire la guerre.

Mais ces deux cents dernières années, tous les habitants de Runeterra commencèrent à se rendre compte des dangers liés à un usage inconsidéré de la magie pour faire la guerre. Les deux dernières Guerres runiques modifièrent drastiquement le paysage de Valoran, même quand l’énergie magique était utilisée pour protéger le continent. De violents tremblements de terre et des tempêtes alimentées par la magie rendirent la vie difficile sur Valoran, sans compter les horribles conséquences de la guerre sur la population. Certains savants prévinrent même qu’une autre Guerre runique pourrait fort bien mener à la destruction totale de leur monde.

Afin de répondre aux angoisses et au mécontentement de la population, les plus grands mages de Valoran, dont plusieurs puissants invocateurs, décidèrent que les conflits devraient désormais être réglés de façon ordonnée et encadrée. Ils fondèrent une organisation, la League of Legends, dont la mission consisterait à s’assurer que les conflits politiques de Valoran seraient réglés de façon appropriée. Siégeant à l’Institut de la guerre, la League of Legends se verrait confier par tous les corps politiques de Valoran le pouvoir d’arbitrer les conflits organisés sous sa surveillance.

L'Institut de la Guerre

Il fut également décidé que tous les conflits d’importance devraient désormais se tenir dans des arènes de combat spécialement préparées à cet effet dans tout Valoran. Les invocateurs représentant une faction politique pourraient chacun y faire venir un champion ; les champions, à leur tour, prendraient la tête de légions de sbires invoqués via un Nexus par des apprentis invocateurs, et devraient combattre pour parvenir aux objectifs fixés dans l’arène. Ces objectifs consistant le plus souvent à détruire le Nexus adverse. On appellerait ces arènes les Champs de justice.

Les principaux conflits politiques étaient canalisés par la League of Legends, mais les guerres entre des entités politiques hostiles ne disparurent pas complètement. Par exemple, le choix stratégique de la League de construire l'Institut de la guerre entre les deux États belligérants que sont Demacia et Nox mit presque fin à leurs conflits, mais sans empêcher des escarmouches périodiques. Le Haut commandement de Nox s'orienta d'ailleurs, dès lors, vers des conquêtes extérieures. Pourtant, les entités politiques acceptaient de suivre les règles de la League of Legends. Aucun dirigeant n'aurait été assez idiot pour se dresser contre une puissante association de magiciens, d'invocateurs et de champions.

Les combats dans les Champs de justice que préside la League ne sont pas seulement d'une grande importance politique pour Valoran, mais présentent également un intérêt social. La League canalise magiquement les sons et les visions des combats dans des récepteurs occultes situés à des emplacements clés dans tout Valoran. Regarder un combat dans les Champs de justice est l'un des divertissements populaires les plus courus à Valoran.

La League of Legends est supervisée par un conseil de trois puissants invocateurs, connu sous le nom de Haut conseil d'arbitrage. Chaque invocateur est passé par le Haut conseil depuis la mise en place de la League of Legends, à l'exception de son nouveau Haut conseiller, Heywan Relivash. L'ascension de ce dernier s'est déroulée en cinq ans après la mystérieuse disparition de son prédécesseur, Reginald Ashram. Le Haut conseil est responsable de la direction de la League, mais sert aussi de cour suprême pour les entités politiques de Valoran.

La structure de la League est assise sur des organisations internes qui suivent chacune leurs propres objectifs. Chaque État reçoit un émissaire de la League, un diplomate qui sert de représentant politique au nom de la League. Les Adjudicateurs sont les arbitres à chaque combat dans les Champs de justice. Le conseil est le corps des invocateurs de haut rang qui gère les conséquences politiques d'un combat une fois que le match est terminé.

 

Recherche FUREUR

Egg On School

COACHING SUR LOL

EntraineurPrix (€/h)
photoEOS Zash 17 €
photosP Kirito 7 €
photoKaze 20 €
photoØslõh 11 €
photoYellOwStaR 40 €
photoTeDzYi 10 €

Bloc_VG



Gunnar
 

LE PORTAIL LEAGUE OF LEGENDS

LE PORTAIL LEAGUE OF LEGENDS

 

Retrouvez toute l’information League of Legends sur Fureur avec un portail dédié à l’actualité du jeu et à l’eSport. De la Saison 3 avec les LCS en passant par les IEM et les championnats asiatiques, le suivi eSport est assuré. Tout ce qui touche de près ou de loin à votre jeu préféré est présent sur le portail Fureur LoL. Les news officielles sont retranscrites, des analyses et des articles sont proposés par les rédacteurs et traitent des changements sur League of Legends avec les modifications d’objet, les nouveaux champions, les mises à jour, etc… Des guides sont également présents, rédigés par nos rédacteurs afin de vous aider à évoluer dans le jeu. Du contenu exclusif et made in Fureur alimente aussi notre portail rédactionnel. Un suivi de la line up Fureur est également assuré, toutes leurs compétitions sont retransmises et vous pouvez bien évidement les retrouver sur la WebTV League of Legends Fureur en live stream lors de leur entrainements ou encore en soloQ. L’équipe rédactionnelle LoL, c’est plus de 10 rédacteurs qui vous tiennent informés tous les jours et vous permettent de participer et de réagir à l’actualité LoL sur nos portails et nos forums avec la communauté.